L’émergence de l’idée

Le Local Me Régale est né dans la tête de consommateurs avertis en quêtes de produits d’origine locale, en quête de traçabilité, et en quête de vrais engagements afin de pouvoir s’impliquer dans une consommation plus responsable. Cependant, la définition de l’origine locale n’étant pas établie de manière claire, ils faisaient face à du « vrai » local et du « faux » local…

De même, de nombreux professionnels des métiers de bouche engagés dans des filières de proximité voyaient leurs engagements peu valorisés face à certaines entreprises moins impliquées dans le local, mais qui réussissaient un tour de passe passe grâce aux effets de communication et de marketing.

Dans ce contexte, il parut essentiel d’apporter des solutions face aux problématiques des consommateurs ET des professionnels. AInsi, sous l’impulsion d’un ingénieur agronome spécialisé dans les systèmes alimentaires territorialisés, est né ce mouvement afin de fixer quelques règles de base pour s’y retrouver dans notre consommation au quotidien.

Les limites de notre système alimentaire

Voici les quelques réflexions et questions de base qui se posent quant à l’origine des produits :

  • Quand on achète ses légumes, il est assez facile de connaitre l’origine, il s’agit du lieu de culture. En général, c’est là où sont situées les parcelles du maraîcher.
  • Un peu plus complexe, la viande. En ce qui oncerne l’origine, s’agit-il du lieu de naissance de l’animal, du lieu d’élevage, du lieu d’abattage, ou enfin du lieu de découpe ?
  • Concernant l’origine des produits transformés, s’agit-il du lieu de transformation, du lieu de production des produits bruts, ou d’une combinaison de ces deux données ?

Une méthodologie rigoureuse

  1. Appliquer une méthode de calcul fixe pour définir l’origine d’un produit : utilisation de l’indice DAM®.
  2. Définir une valeur seuil à partir de laquelle un produit est considéré comme « local » : DAM < 150 km.
  3. Vérifier que le professionnel propose une part importante et significative de produits locaux.

Cette méthode en 3 étapes permet ainsi d’assurer une traçabilité claire et précise sur l’ensemble du processus de production jusqu’au consommateur final.

________________________________

L’association ASARD

L’ASARD est  » l’Association pour des Systèmes Alimentaires Responsables et Durables ». Cette assiocation est en charge de la gestion du réseau Le Local me Régale, du contrôle des adhérents de ce réseau, et enfin de la promotion des produits alimentaires d’origine locale. Cette association gère de manière indépendante la marque Le local me régale afin de garantir un contrôle des engagements de chaque adhérent au réseau et le respect du cahier des charges.

Objet de l’association

L’ASARD a pour objet la promotion et le développement des systèmes agricoles et alimentaires responsables, équitables et durables. Pour cela, l’association privilégie notamment une alimentation saine et équilibrée, les filières alimentaires territorialisées, les circuits courts, et les agricultures respectueuses de
l’environnement, du terroir et des hommes. L’association raisonne ses actions dans le cadre d’un développement durable, c’est-à-dire en prenant en considération les domaines du social, de l’économie, et de l’environnement.

Définitions des termes du titre de l’association

Un système alimentaire se compose de l’ensemble des éléments suivants : production alimentaire (agricole, artisanale, ou autre), transformation, distribution, et consommation. Chacun de ces éléments implique de nombreux acteurs qui structurent des filières spécifiques.

  • Le terme « responsable » est relatif à ce qui est « réfléchi, sérieux, qui prend en considération les conséquences de ses actes » (source : dictionnaire de la langue française Larousse).
  • Le terme « durable » est un adjectif qui qualifie ce qui est « de nature à durer longtemps, qui présente une certaine stabilité, une certaine résistance » (source : dictionnaire de la langue française Larousse).
  • La notion de durabilité dans ce contexte alimentaire est à associer à l’expression « développement durable », qui caractérise un mode de développement qui permet de satisfaire les besoins essentiels des générations actuelles, tout en permettant aux générations futures de satisfaire les leurs.

En conclusion, l’ASARD oeuvre en faveur d’agricultures et de systèmes alimentaires raisonnés, qui prennent en considération les besoins actuels afin d’y répondre le plus justement, tout en limitant les impacts négatifs sur la société afin que ces systèmes soient pérennes, résilients et reproductibles.

Les valeurs représentées

Le logotype de l’association représente un cercle, symbole de l’assiette, élément de base du repas, mais également symbole de l’économie circulaire que l’association promeut. Le mot « ASARD » est entouré d’une couronne composée de trois espèces de plantes différentes :

  • L’olivier est le symbole de la paix. Il permet de rappeler l’objectif de paix sociale dans les systèmes alimentaires.
  • Le chêne est le symbole de la puissance et de la grandeur. Cet arbre symbolise également la justice, l’égalité et la solidarité. Sa présence marque la volonté d’oeuvrer pour des systèmes alimentaires l’égalité et la solidarité. Sa présence marque la volonté d’oeuvrer pour des systèmes alimentaires justes et équitables, dans le respect des producteurs et des consommateurs.
  • Le blé est le symbole de la fertilité et de la vie, et il est également l’emblème de l’alimentation. La présence de cet épi marque le lien avec l’agriculture, la production alimentaire, ainsi que la durabilité et la reproductibilité des nouveaux systèmes alimentaires responsables.

Pour conclure, ces trois branches représentent les trois piliers du développement durable, à savoir l’aspect social, environnemental, et économique. L’ASARD a donc pour vocation le développement de systèmes durables.