« Fermier » : une définition ferme ?

« Fermier » : une définition ferme ?
logo-linfo-dagro-460x480

« Fermier » : un label, une marque, une appellation ?

Ah un bon poulet fermier, parfait pour le repas de famille du dimanche ! Le signe d’un bon repas, avec le bon goût d’une volaille élevée en plein air à la ferme ! Il est vrai que Mme Ceres aime beaucoup les produits de la ferme. « Mais, se demande-t-elle, quand j’achète un fromage fermier, suis-je censé m’attendre à la même qualité ? »

Eh bien oui ! En France, le mot « fermier » désigne bel et bien un type de production qui respecte certaines règles de base. En effet, toute utilisation du terme « fermier » et relatifs (« ferme », « de la ferme », etc.) n’est autorisée que sur des produits qui ont été produits dans une exploitation agricole, par le chef d’exploitation (l’agriculteur), à partir de matières premières produites en majorité par lui-même sur la ferme. Si la transformation nécessite l’utilisation d’un atelier ou d’un savoir-faire extérieur, comme pour la découpe de viande qui peut être sous traitée à un boucher, ou la distillation qui peut être sous traitée à un bouilleur de crus, dans tous les cas les étapes de transformation doivent avoir lieu sous la responsabilité de l’agriculteur. Il doit pouvoir avoir son mot à dire, et il participe à l’élaboration de la recette. Au final, même si l’agriculteur n’a pas le matériel ou le savoir-faire, c’est lui qui décide comment son produit brut est transformé.

Ainsi, sur tout produit portant la mention « fermier », qu’il soit vendu sur des marchés, dans des boutiques ou même en supermarchés, vous avez l’assurance qu’il soit bel et bien produit (cultivé, élevé ou transformé) à la ferme. Etant donné que le nom de l’exploitation agricole doit être mentionné sur l’étiquetage, le producteur engage son nom et sa responsabilité, et donc en général il s’agit d’un produit de qualité supérieure.

Est-ce qu’au final le mot « fermier » est une sorte de marque, de label ou d’appellation ? La réponse est non, pas exactement. En effet, les marques, labels et appellations sont des noms protégés et utilisables uniquement par ceux qui respectent un cahier des charges établi par un organisme de gestion et vérifié par un organisme de contrôle. C’est le cas des Appellations d’Origine Contrôlée (AOC), de l’Agriculture Biologique (AB), du Label Rouge, ou de marques locales comme la marque « Parc Naturel Régional ». Dans certains cas l’utilisation de ces labels est payante. A l’inverse, le mot « fermier » est un nom commun qui n’est la propriété de personne. Ainsi, tout le monde peut l’utiliser, tant qu’il respecte les règles de base, à savoir garantir une production à la ferme telle que définie ci-dessus.

Pour conclure, oui le mot « fermier » comporte une définition ferme ! Mais ce n’est pas un label ni une marque, c’est une propriété commune et partagée !

Voilà, vous savez tout !

11 juin 2019 / par / in ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 ⁄ 2 =